Les résultats

Monnaie
Les résultats sont calculés par différences entre les charges et les produits.

Comment calculer le prix de revient d’un matériel ?


Pour calculer le prix de revient d’un matériel, il suffit d’additionner toutes les charges affectées à ce matériel, à savoir :

La partie des charges fixes qui reviennent à ce matériel (amortissements, frais financiers, assurances ...) et les frais généraux répartis selon une clé de répartition équitable entre les matériels. Selon les CUMA ces frais sont répartis suivant le chiffre d’affaires, la valeur d’achat HT, les amortissements, le temps d’utilisation, à parts égales ..
Les charges variables qui sont proportionnelles à la quantité de travail réalisée (entretien et réparations, carburant, main d’œuvre, …).


Quelles sont les limites de la gestion dépenses-recettes ?


Pour facturer le coût d’un matériel aux adhérents, la tendance est souvent de raisonner " dépenses-recettes " pour équilibrer la trésorerie. . Cette méthode reviendrait à oublier 20% du coût réel de l’amortissement et peut entraîner des conséquences graves. Exemples :

La CUMA n’aura pas la trésorerie pour faire face à l’obligation de remboursement des parts sociales aux adhérents partants,
Le remboursement du capital social est réduit en fonction des pertes inscrites au bilan,
La CUMA a diminué sa capacité d’emprunter.

Une CUMA doit-elle chercher à faire des excédents ?


La CUMA cherche à fournir à ses sociétaires des services au " juste prix " donc au coût de revient. Toutefois, les excédents ne sont pas interdits en coopérative : ils sont l’instrument de pérennité et de développement de l’entreprise. Les excédents, non distribués aux adhérents, viennent consolider les fonds propres de la CUMA et donc sa capacité d’autofinancement et son fonds de roulement. Un fonds de roulement correct permet, entre autres, d’honorer des règlements sans demander d’acomptes, de faire face à un imprévu, de faciliter le lancement de nouvelles activités.

Que faire des résultats annuels excédentaires ?


L’affectation de l’excédent annuel est décidée, sur proposition du conseil d’administration, par l’assemblée générale ordinaire qui doit se réunir dans les six mois de clôture de l’exercice.

Pour calculer l’excédent net répartissable, il faut :
  • Retirer les excédents des opérations avec les tiers non associés,
  • Combler, si nécessaire, le report à nouveau débiteur
  • Mettre 10% en réserve légale
  • Mettre en réserve spéciale le montant des parts remboursées,
  • Calculer le montant des plues-values, ces plus values ne pouvant jamais être ristournées, elles doivent être mises en réserves.

Le solde du résultat obtenu peut faire l’objet d’une redistribuion aux adhérents :
  • distribution d'un intérêt aux parts,
  • ristournes sous forme d'attribution de parts sociales entre les associés coopérateurs proportionnellement aux opérations réalisées avec la coopérative,
  • constitution d'une provision pour parfaire l'intérêt aux parts sociales,
  • constitution d'une provision pour ristournes éventuelles,

Et en dernier lieu dotations des réserves facultatives.

Que faire des résultats annuels déficitaires ?


l'affectation du déficit net est décidée, sur proposition du conseil d'administration, par l'assemblée générale.
L'affecation peut-être la suivante ;
  • Affectation en report à nouveau
  • Imputation sur les provisions
  • Imputation sur les réserves facultatives
Après épuisement des autres réserves exclusivement :
  • Imputation sur les réserves légales
Après épuisement des autres réserves exclusivement et en dernier lieu :
  • Imputation sur les réserves indisponibles

Partenaires